A huge collection of 3400+ free website templates JAR theme com WP themes and more at the biggest community-driven free web design site
Accueil / Nationale / HRW accuse l’armée malienne de « graves violations » des droits humains

HRW accuse l’armée malienne de « graves violations » des droits humains

Les Forces armées maliennes ont commis des « meurtres extrajudiciaires » et des « actes de torture » lors de leurs opérations contre les groupes armés islamistes dans le centre du Mali, a dénoncé vendredi Human Rights Watch (HRW), qui épingle également l’armée du Burkina et les groupes jihadistes.

« Les opérations militaires menées par les forces armées du Mali et du Burkina Faso afin de contrer la présence croissante de groupes armés islamistes dans le centre du Mali ont occasionné de graves violations des droits humains », a déclaré dans un communiqué l’organisation de défense des droits de l’homme.

Ces violations se sont produites entre la fin 2016 et juillet dernier dans la région de Mopti (centre), une zone qui inquiète l’ONU en raison de sa « situation sécuritaire volatile ».

Des exactions ont également eu lieu « dans une moindre mesure » dans la région de Ségou, ville située à 240 km au nord-est de la capitale Bamako.

« La logique perverse consistant à torturer, tuer ou +faire disparaître+ des personnes au nom de la sécurité alimente le cycle croissant de la violence et des abus au Mali », a estimé Corinne Dufka, directrice de recherches sur le Sahel auprès de la division Afrique à Human Rights Watch, citée dans le communiqué.

« Les gouvernements malien et burkinabè devraient contrôler les unités qui commettent des abus et poursuivre en justice les responsables », a-t-elle estimé.

L’ONG a « documenté l’existence de trois fosses communes qui auraient contenu les cadavres d’au moins 14 hommes exécutés après avoir été détenus depuis décembre par des militaires maliens », indique HRW.

Ces militaires ont également « fait subir des brutalités, des brûlures et des menaces à des dizaines d’hommes accusés de soutenir les groupes armés islamistes », ajoute l’organisation, qui fait par ailleurs état de « 27 cas de disparition forcée ».

En juin, des militaires burkinabè ont par ailleurs franchi la frontière et arrêté quelque 70 hommes dans des hameaux maliens, les accusant de soutenir le groupe jihadiste Ansarul Islam du prédicateur burkinabè Malam Dicko. « Les militaires sont soupçonnés d’avoir incendié des biens et soumis ces hommes à des sévices physiques qui ont causé la mort de deux de ces détenus », écrit HRW….Lire la suite sur VOA

Voir aussi....

Halles de Bamako : Le bureau de transfert d’argent braqué

Ce mercredi 31 janvier 2018, vers 19h50, quatre (04) hommes armés sur deux (02) motos …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *