A huge collection of 3400+ free website templates JAR theme com WP themes and more at the biggest community-driven free web design site
Accueil / actualités Kayes / Sociètés / Santé / Diéma : Santé maternelle et néonatale, l’ONG ADG prend à bras-le-corps les retards

Diéma : Santé maternelle et néonatale, l’ONG ADG prend à bras-le-corps les retards

Après la phase signature de contrats d’engagement entre l’Association pour le Développement Global, ADG, et les cinq Districts sanitaires de la Région de Kayes, Diéma, Bafoulabé, Yélimané, Oussoubidiaya et Nioro du Sahel, sous le financement du projet Evacuation des Mères dans cinq Districts sanitaires de Kayes, MEDIK, un atelier de formation a été organisé du 8 au 12 janvier 2018 à l’intention des animateurs, animatrices et superviseurs de l’ ADG, chargés de l’exécution des travaux.
Cet atelier visait à renforcer les capacités de ces agents en vue d’une meilleure maîtrise des techniques de communication, de langage usuel au niveau communautaire pour la réduction des deux premiers retards à l’accès aux soins d’urgence par la femme enceinte.
La cérémonie d’ouverture a été jalonnée de discours. Le Conseiller technique de MEDIK, Moussa TRAORE a fait savoir que 2018 est une année charnière pour MEDIK déterminé à réaliser des résultats escomptés dans le cadre de la réduction des deux premiers retards. C’est pourquoi, dira-t-il, l’ADG, reconnue pour sa disponibilité et son sérieux au travail, a eu l’honneur de porter ce projet en vue d’une meilleure visibilité des activités de réduction des deux premiers retards.
Emboîtant le pas, le Chef du Service du Développement Social et de l’Economie Solidaire de Diéma, Kalifa DIARRA, a salué la tenue de cet atelier qui, à son entendement, permettra une meilleure réduction des deux premiers retards qui constituent aujourd’hui un véritable frein à la promotion de la santé maternelle et néonatale. Il a loué les immenses efforts engrangés par l’ADG et son partenaire MEDIK dans le District sanitaire de Diéma, tant sur le plan sanitaire, social que promotionnel.
Pour sa part, le Président de l’Association pour le Développement Global de Diéma Abdoul Aziz DIALLO, a présenté son organisme qui œuvre au Mali depuis plus de quarante ans, dans divers secteurs de développement. Il a remercié MEDIK pour la confiance renouvelée, avant de donner l’assurance que ce projet de réduction des deux premiers retards dans les Districts sanitaires concernés sera une réussite totale. Il a invité les animateurs et animatrices à faire preuve de crédibilité pour garantir au mieux le bien être des populations. Abdoul Aziz DIALLO leur a surtout demandé de respecter les clauses des contrats qui les lient à l’ADG pour, a-t-il insisté, éviter des disfonctionnements.
Le Préfet Baréma DIALLO, promu conseiller aux affaires économiques et juridiques du Gouverneur de la Région de Taoudéni, n’ a pas manqué de remercier MEDIK et son partenaire ADG pour avoir développé de telles initiatives qui concourent significativement à la réduction du taux de mortalité maternelle et néonatale inhérent aux deux premiers retards dans le cercle de Diéma. En outre le Préfet a invité les acteurs à une synergie d’actions pour l’atteinte des objectifs.
Cinq jours durant, sous la houlette d’ éminents facilitateurs, Docteur Hamadoun MAIGA, Docteur Koma SISSOKO et Moussa TRAORE, Administrateur de l’ Action Sociale, tous Conseillers techniques au projet MEDIK, la cinquantaine de participants composés des animateurs, animatrices et superviseurs venus des cinq Districts sanitaires de la Région de Kayes, Diéma, Bafoulabé, Yélimané, Oussoubidiaya et Nioro du Sahel, et de l’équipe socio-sanitaire de Diéma, se sont familiarisés avec différentes thématiques, entre autres, la définition de la mortalité maternelle et néonatale, l’ ampleur de la mortalité maternelle et néonatale, les causes médicales des décès maternels et néonataux, les facteurs sociaux entrainant la mortalité maternelle et néonatale, les signes de dangers chez la femme et le nouveau-né, l’ implication de la femme dans la prise de décisions en cas d’urgence, les éléments de préparation à l’ accouchement et aux complications, la communication au sein du couple, de la famille élargie et de la communauté.
La notion de deux premiers retards a été clairement expliquée. Le premier retard c’est le temps écoulé entre l’apparition des signes de dangers chez la femme et la prise de décision d’aller au centre de santé. Alors que le deuxième retard, concerne le temps compris entre la prise de décisions et l’arrivée de la femme ou du nouveau-né au centre de santé.
Des sketchs sur la problématique des deux premiers retards ont été présentés. Il y ressort un certain nombre de facteurs favorisant les deux premiers retards, notamment la méconnaissance des signes de dangers chez la femme, le recours au guérisseur ou à l’ accoucheuse traditionnelle du village, le manque de moyens pour amener la femme au centre de santé, l’ absence de préparation à l’ accouchement, la lenteur dans le processus de prise de décisions au niveau familial, le déficit de communication au sein du couple, le manque d’organisation dans la communauté.
Ce sont des ambassadeurs et ambassadrices de la santé maternelle et néonatale, requinqués, répartis en binôme et dotés de motos, qui ont été renvoyés dans leurs fonctions par le Président de l’ADG Abdoul Aziz DIALLO décidé à relever le défis.

Ouka BA Diéma

a propos de Michel Yao

Journaliste, Reporter, gestionnaire de la radio la Kayesienne.

Voir aussi....

Un mini complexe minier existerait dans la localité de Mamoudouya (commune de Dabia) à l’insu de tout le monde !

D’après une source bien introduite ‘’Il y’a plus de 60 camions bennes et 3 pelles …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *